Kenyan women create their own geek culture

Kenyan Women Create Their Own ‘Geek Culture’

When a collective of female computer programmers in Kenya needed a name for their ladies-only club, they took their inspiration from the Japanese cult film Akira. “So akira is a Japanese word. It means energy and intelligence. And we are energetic and intelligent chicks,” says Judith Owigar, the president of Akirachix.
A group like Akirachix would have been unthinkable even five years ago. But Kenya is making a big push toward IT — part of a plan to create a middle-class country by the year 2030.
Kenya has laid hundreds of miles of fiber optic cable. Google and IBM set up shop here. The city even has plans for a $7 billion technology hub just outside the capital, Nairobi. But you need more than tech giants and broadband and even money to launch a local tech industry. You also need a culture of computer geeks. That’s where Owigar and her collective Akirachix come in. They want to make sure that the girl geeks are encouraged as much as the guys.

Bridging The Gender Gap

“You know you’re the oddball just because of your gender,” Owigar says.
It turns out that in Kenya, exactly as in Silicon Valley, the problem with getting more women in tech is that there aren’t more women in tech. “There are probably other women in tech who are alone, and they think they’re the weird ones, but if enough of us meet together, you know, it won’t be so weird anymore,” Owigar says.
Susan Oguya is also an Akirachick. She grew up on a farm in western Kenya without a computer. But she was lucky enough to have an uncle who worked in Nairobi.
When he came home for the holidays, he would haul his entire workstation in the car back with him — the monitor, the CPU, the keyboard, the mouse — and set it up in Oguya’s living room. Oguya was 15.
“So he’d bring it over, we’d use it, and then he would go back with it,” Oguya says. “So in the times when I didn’t have a computer, there were books that he left. Books about what is a computer, parts of a computer, what is a ROM, what is a RAM. It’s really basic.”
When she got to a university, she majored in IT. She had an idea for a mobile phone app that would help farmers like her parents.
One of the striking things about Kenya is that even impoverished farmers have cellphones. For decades, Kenya was too poor to lay copper telephone wire in the ground, so the vast majority of Kenyans use cellphones as their primary phone.
Now, all those Kenyan cellphone users are set to take advantage of an increasingly mobile world. Oguya’s app would allow farmers to check the crop prices with text messaging, skipping the middleman.
“Yeah, corrupt middleman,” Oguya says. “Let’s say skipping the corrupt middleman.”
But Oguya was one of only 10 women in her department of 80 — about the same ratio you’d find in a computer science class at Stanford. Her teachers doubted her ability to actually program this app she’d thought up.
“In my culture, it’s like men can only communicate with men. And I was like, ‘OK.’ Then if I could share this passion, like try and explain to the person, this is what I want to do? It’s only a woman who could understand me better,” Oguya says.
It wasn’t until her third year that she met a computer researcher at the same university, Jessica Colaco, who says she bumped into Oguya in the hallway. “I remember when I met her in the corridor, Susan was really shy. She was like, ‘Excuse me, are you Jessica Colaco?’ ” she says.
“So she invited me and was like, ‘Come meet other women who also have a passion like you, but they want to relate to other women who don’t know that this exists,’ ” Oguya says.
Oguya started spending some Saturday mornings with Colaco and other women, snipping code and poring through hacker cookbooks. These informal gatherings became the Akirachix.
Oguya graduated and turned her mobile phone idea into a company called M-Farm. At 25 years old, she now has a staff of 18. And 7,000 African farmers use her app.

Solving Local Problems

One floor up from Oguya’s office is a kind of oasis of geekdom — a gathering space for Nairobi’s tech community called the iHub. It feels like any sort of hacker space in Silicon Valley or New York, with comfy couches, fast Wi-Fi and cappuccinos served by a barista named Miss Rose.
But the techies you meet here aren’t trying to come up with the next Facebook or another app to share your photos. They’re solving local problems.
There’s one app that brings math and reading help by cellphone to village schools.
There’s an app that lets Kenyans who don’t have computers do their online shopping by cellphone.
There’s a micro-insurance product that measures the rainfall at cellphone towers and automatically distributes money to farmers in drought.
These are all applications started by women. Akirachix’s Owigar says they’re sending a message to the next wave of girl geeks. “We need them to see that we are doing it and we enjoy it. You know, you don’t find many African women looking for the spotlight. Most of them tend to hide their awesomeness,” Owigar says.
The best time to carve a spot for women in geek culture, she says, is when there isn’t much geek culture yet.

by Gregory Warner, npr.org, ‘all tech considered’ section, published on December 24, 2012

kenyanwomencreatetheirowngeekculture

More about Akirachix:
here, here and also here.

Traduction du texte en français :

Des Kényanes créent leur propre «culture geek»

Lorsqu’un collectif de programmeuses informatiques au Kenya eût besoin d’un nom pour son club réservé aux dames, elles puisèrent leur inspiration du film de culte japonais Akira. « Donc Akira est un mot japonais, il signifie énergie et intelligence, et nous sommes des nanas énergiques et intelligents », déclare Judith Owigar, présidente d’Akirachix.
Un groupe comme Akirachix aurait été impensable il y a encore cinq ans. Mais le Kenya est en train de faire une grande poussée vers l’informatique — cela fait partie d’un plan pour créer un pays de classe moyenne d’ici l’an 2030.
Le Kenya a posé des centaines de miles de câble de fibre optique. Google et IBM se sont installés ici. La ville a même des plans pour un pôle technologique de 7 milliards de dollars juste à l’extérieur de la capitale, Nairobi.
Mais il faut plus que des géants de la technologie, du haut débit et même de l’argent pour lancer une industrie technologique locale. Il faut également une culture de geeks de l’informatique. C’est là qu’Owigar et son collectif Akirachix entrent en jeu. Elles veulent s’assurer que les filles geeks soient encouragées autant que les garçons.

Combler l’écart entre les sexes

« Vous savez que vous êtes bizarre juste en raison de votre sexe », confie Owigar.
Il s’avère qu’au Kenya, exactement comme dans la Silicon Valley, le problème pour faire venir plus de femmes dans la technologie c’est qu’il n’y a pas plus de femmes dans la technologie. « Il y a probablement d’autres femmes en technologie qui sont seules, et qui pensent qu’elles sont bizarres, mais si nous nous réunissons assez, vous voyez, ce ne sera plus si étrange », avance Owigar.
Susan Oguya est également une Akirachick. Elle a grandi dans une ferme dans l’ouest du Kenya sans ordinateur. Mais elle a eu la chance d’avoir un oncle qui travaillait à Nairobi.
Lorsqu’il rentrait à la maison pour les vacances, il transportait tout son poste de travail dans la voiture avec lui — le moniteur, le CPU, le clavier, la souris — et l’installait dans le salon d’Oguya. Oguya avait 15 ans.
« Donc, il l’apportait, nous l’utilisions, puis il repartait avec », raconte Oguya. « Alors quand je n’avais pas d’ordinateur, il y avait des livres qu’il avait laissés. Des livres sur ce que sont un ordinateur, les parties d’un ordinateur, une ROM, une RAM, c’est vraiment simple. » Quand elle est entrée à l’université, elle s’est spécialisée en technologie de l’informatique. Elle a eu une idée d’application de téléphone mobile qui aiderait les agriculteurs comme ses parents.
Une des choses frappantes au sujet du Kenya est que même les agriculteurs les plus pauvres ont des téléphones cellulaires. Pendant des décennies, le Kenya était trop pauvre pour installer des fils téléphoniques de cuivre dans le sol, ainsi la grande majorité des Kenyans emploient des téléphones portables comme leur téléphone principal. Maintenant, tous les utilisateurs de téléphones cellulaires kenyans sont prêts à profiter d’un monde de plus en plus mobile. L’application d’Oguya permettrait aux agriculteurs de vérifier les prix des cultures via des SMS, en contournant l’intermédiaire.
« Ouais, intermédiaire corrompu,” lance Oguya. « Disons contourner l’intermédiaire corrompu. »
Mais Oguya était une des seules 10 femmes dans son département de 80 — approximativement le même ratio que vous trouveriez dans une classe d’informatique à Stanford. Ses professeurs doutaient de sa capacité à réellement programmer  cette application qu’elle avait imaginée. « Dans ma culture, c’est comme si les hommes ne pouvaient communiquer qu’avec des hommes. Alors si je pouvais partager cette passion, comme essayer d’expliquer aux gens, que c’est ce que je veux faire ? Seule une femme serait la mieux à même de me comprendre », affirme Oguya.
Ce n’est qu’à sa troisième année qu’elle a rencontré une chercheuse en informatique à la même université, Jessica Colaco, qui dit qu’elle est tombée sur Oguya dans le couloir. «Je me souviens quand je l’ai rencontrée dans le couloir, Susan était vraiment timide. Elle disait : « Excusez-moi, vous êtes Jessica Colaco? » raconte-t-elle. « Alors elle m’a invitée et a dit : « Viens rencontrer d’autres femmes qui ont aussi une passion comme toi, et qui veulent servir d’exemples à d’autres femmes qui ne savent pas que cela existe », se rappelle Oguya.
Oguya a commencé à passer quelques samedis matins avec Colaco et d’autres femmes, à étudier le code et à  examiner des livres de cuisine de hackers. Ces rassemblements informels sont devenus les Akirachix.
Oguya a obtenu son diplôme et transformé son idée de téléphonie mobile en une société appelée M-Farm. A 25 ans, elle a maintenant une équipe de 18 personnes. Et 7000 agriculteurs africains utilisent son app.

Résoudre des problèmes locaux

Un étage au-dessus du bureau d’Oguya réside une sorte d’oasis pour les geeks — un espace de rassemblement pour la communauté technologique de Nairobi appelée le iHub. On s’y sent comme dans n’importe quelle sorte d’espace de geeks dans la Silicon Valley ou à New York, avec des canapés confortables, du Wi-Fi rapide et des cappuccinos servis par une barista nommée Miss Rose.
Mais les techniciens que vous rencontrez ici ne sont pas en train d’essayer d’inventer le prochain Facebook ou une autre application pour partager vos photos. Ils résolvent les problèmes locaux.
Il y a une application qui apporte de l’aide à la lecture et à l’écriture par téléphone cellulaire dans les écoles du village.
Il y a une application qui permet aux Kényans qui n’ont pas d’ordinateurs de faire leurs achats en ligne par téléphone portable.
Il y a un produit de micro-assurance qui mesure les précipitations aux tours de téléphonie mobile et distribue automatiquement de l’argent aux agriculteurs en période de sécheresse.
Ce sont toutes des applications lancées par des femmes. Owigar d’Akirachix dit qu’elles envoient un message à la prochaine génération de filles geeks. « Il est nécessaire qu’elles voient ce que nous faisons et que ça nous plaît. Vous savez, on ne trouve pas beaucoup de femmes africaines à la recherche des projecteurs. La plupart d’entre elles ont tendance à cacher leur talent », dit Owigar.
Le meilleur moment pour faire une place aux femmes dans la culture geek, renchérit-elle, c’est quand il n’y a pas encore beaucoup de culture geek.

 

Par Gregory Warner, npr.org, section ‘all tech considered’», publié le 24 décembre 2012

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s