Brave new babies

Brave New Babies

Parents now have the power to choose the sex of their children. But as technology answers prayers, it also raises some troubling questions

Sharla Miller of Gillette, Wyo., always wanted a baby girl, but the odds seemed stacked against her. Two years ago Sharla began looking into adopting a baby girl. In the course of her Internet research, she stumbled upon a Web site for the Fertility Institutes in Los Angeles, headed by Dr. J. Steinberg, where she learned about an in vitro fertilization technique called preimplantation genetic diagnosis (PGD). By creating embryos outside the womb, then testing them for gender, PGD could guarantee — with almost 100 percent certainty — the sex of her baby. Price tag: $18,480, 10 plus travel. If all goes well, the run of Miller boys will end in July with the arrival of twin baby girls. “I have three wonderful boys,” says Sharla, “but since there was a chance I could have a daughter, why not?”

The brave new world is definitely here. After 25 years of staggering advances in reproductive medicine — first test-tube babies, then donor eggs and surrogate mothers —technology is changing baby-making in a whole new way. No longer can science simply help couples have babies, it can help them have the kind of babies they want. Choosing gender may obliterate one of the fundamental mysteries of procreation, but for people who have grown accustomed to taking 3-D ultrasounds of fetuses, learning a baby’s sex within weeks of conception and scheduling convenient delivery dates, it’s simply the next logical step.

The advances raise loaded ethical questions about whether science is finally crossing a line that shouldn’t be crossed. Even fertility specialists are divided over whether choosing a male or female embryo is acceptable. If couples can request a baby boy or girl, what’s next on the slippery slope of modern reproductive medicine? Eye color? Height? Intelligence? Could picking one gender over the other become the 21st century’s form of sex discrimination? Or, as in China, upset the ratio of males to females? Many European countries already forbid sex selection; should there be similar regulations in the United States? These explosive issues are being debated in medical journals, on university ethics boards and at the highest levels in Washington.

It’s one thing to allow infertile couples to choose gender after PGD. Creating embryos solely to sort boys from girls sets off ethical and moral alarm bells. In the last year or so, several clinics have begun to offer the procedure for gender balance without restrictions. “I’ve had friends and neighbors discreetly inquire,” says Dr. David Hill, head of ART Reproductive Center in Beverly Hills, Calif., where about 5 to 10 percent of patients are requesting PGD solely for sex selection. Hill has no problem offering it, but he respects colleagues who say no.

Dr. Mark Hughes, a leading PGD authority at Wayne State University School of Medicine in Detroit, is one of the latter. “The last time I checked, your gender wasn’t a disease,” he says. “There is no illness, no suffering and no reason for a physician to be involved. Besides, we’re too busy helping desperate couples with serious disease build healthy families.” At Columbia University, Dr. Mark Sauer balks at the idea of family balance. “What are you balancing? It discredits the value of an individual life.” For those few patients who ask for it, “I look them straight in the face and say, ‘We’re not going to do that’.” And at Northwestern, Dr. Ralph Kazer says bluntly: ” ‘Gattaca’ was a wonderful movie. That’s not what I want to do for a living.”

One of the most vexing concerns is what some consider gender selection’s implicit sexism. When you choose one sex, the argument goes, you reject the other. In Asia girls have been aborted or killed, and populations skewed, because of favoritism toward boys. Could the same thing happen here? GIVF’s Blauer says the vast majority of MicroSort couples want girls, not boys, though that could change if Y-sort statistics improve. At Hill’s clinic, about 65 percent request boys; at Steinberg’s, 55 percent. “It’s not going to tip the balance one way or the other,” he says. But what if a couple doesn’t get the boy or girl they desire? PGD comes as close as it gets to guaranteeing outcome, but there remains the thorny question of what to do with “wrong sex” embryos. Opponents worry that they’ll be destroyed simply because they’re male or female, but the options are identical for everyone going through IVF.

So what, in the end, should we make of gender selection? Will programming of human DNA before birth become inevitable? “I learned a long time ago never to say never,” says Rick Myers, chief of Stanford’s genetics department. Still, he says, traits we’re all worried about, like height, personality and intelligence, aren’t the products of single genes. They’re cooked in a complex stew of DNA and environment—a stew that boggles scientists, even those with IQs so high you’d swear they were bioengineered. And even if we could create designer Uma Thurmans, would we want to? Sharla Miller and Mary Toedtman say absolutely not. “That’s taking it too far,” says Miller.

We wouldn’t be human if we didn’t fantasize about the sci-fi universe around the corner. Steinberg, who has worked in IVF since its conception in the 1970s, remembers finding notes on his windshield in the early days that said, test-tube babies have no soul. The very idea of creating life outside the womb “was unthinkable,” he says. And yet, some 1 million test-tube babies later, the practice has become routine. The same will likely be true of gender selection, says Robin Marantz Henig, author of the new book “Pandora’s Baby,” a history of IVF. “The more it’s done,” she says, “the less you’re going to see concerns.”

Lizette Frielingsdorf doesn’t have any. She and her husband have three boys—Jordan, 8, Justin, 6, and Jake, 5—and one MicroSort girl, Jessica, who just turned 2. “I call her my $15,000 baby. We felt like we won the lottery,” says Frielingsdorf. “Probably once a week someone will say, ‘You got your girl. How did you do that?’ and I’ll say, ‘Here’s the number.’ I want others to experience the same joy we have.” No doubt, many will.

Newsweek Magazine (Jan. 26, 2004)

brave_new_babies

Les meilleurs des bébés

Les parents ont désormais le pouvoir de choisir le sexe de leurs enfants. Or tout en exauçant les prières, la technologie soulève également des questions dérangeantes.

Sharla Miller de Gillette, dans le Wyoming, a toujours désiré une petite fille, mais le sort  semblait s’acharner contre elle. Il y a deux ans, Sharla a commencé à se renseigner pour adopter une petite fille. Au cours de ses recherches internet, elle est tombée le site de l’Institut de la Fertilité, à Los Angeles, dirigé par le Docteur J. Steinberg, où elle a découvert  une technique de fertilisation in vitro appelée Diagnostic de Préimplantation  Génétique (DGP). En créant des embryons en dehors de l’utérus, puis en testant leur sexe, le DGP pourrait garantir — avec presque 100 pour cent d’exactitude — le sexe de son bébé. Le prix: 18.480 dollars, plus le voyage. Si tout va bien, l’hégémonie des garçons Miller finira en juillet avec l’arrivée de jumelles. “J’ai trois garçons merveilleux, dit Sharla, mais puisqu’il y avait une chance que je puisse avoir une fille, pourquoi pas ?”

Nous vivons décidément dans le meilleur des mondes. Après 25 ans de progrès stupéfiants en matière de médecine reproductive — les premiers bébés à éprouvettes, suivis du don d’ovocytes et des mères porteuses —, la technologie évolue d’une manière résolument neuve. La science peut non seulement aider les couples à avoir des bébés, elle peut aussi les aider à avoir le genre de bébés qu’ils veulent. Le choix du sexe peut effacer l’un des mystères fondamentaux de la procréation, mais pour les personnes qui ont pris l’habitude d’avoir des ultrasons 3-D des fœtus, de connaître le sexe du bébé dans les semaines suivant la conception et de programmer la date d’accouchement, c’est simplement la prochaine étape logique.

Ces avancées soulèvent des questions éthiques sur la question de savoir si la science est en train de franchir une ligne qui ne doit pas être franchie. Même les spécialistes de la fertilité sont divisés sur le fait de savoir si le choix d’un embryon mâle ou femelle est acceptable. Si les couples peuvent demander un bébé ou une fille, que trouvera-t-on sur la pente glissante de la médecine reproductive moderne ? La couleur des yeux ? La taille ? L’intelligence ? Le choix d’un sexe par rapport à l’autre pourrait-il devenir la forme que prend la discrimination sexuelle au XXIe siècle? Ou, comme en Chine, bouleverser le ratio d’hommes et de femmes ? De nombreux pays européens interdisent déjà la sélection sexuelle ; devrait-il y avoir des réglementations similaires aux États-Unis ? Ces questions explosives font l’objet de débats dans des revues médicales, dans des comités d’éthique universitaire et au plus haut niveau à Washington.

C’est une chose de permettre aux couples stériles de choisir le genre après un DGP. C’en est une autre de créer des embryons uniquement pour trier les garçons des filles et cela sonne des alarmes morales. Au cours de la dernière année, plusieurs cliniques ont commencé à proposer cette procédure sans restriction. “J’ai des amis et des voisins qui se sont renseignés discrètement”, explique le Docteur David Hill, chef du Centre Reproductif ART à Beverly Hills, en Californie, où environ 5 à 10 pour cent des patients demandent un DGP uniquement pour la sélection du sexe. Hill n’a aucun problème à leur fournir, mais il respecte ceux de ses collègues qui s’y refusent.

Le Docteur Mark Hughes, l’un des principaux responsables du DPI à l’Ecole Universitaire de Médecine Wayne State à Detroit, est l’un de ces derniers. “La dernière fois que j’ai vérifié, votre sexe n’était pas une maladie”, dit-il. “Il n’y a pas de maladie, pas de souffrance et pas de raison pour qu’un médecin soit impliqué. En outre, nous sommes trop occupés à aider des couples désespérés souffrant de maladie grave à bâtir des familles en bonne santé”. À l’Université de Columbia, le Docteur Mark Sauer s’oppose à l’idée d’équilibre familial. “Qu’est-ce que vous équilibrez ? Cela discrédite la valeur d’une vie individuelle. Aux quelques patients qui me le demandent, je les regarde droit dans le visage et dis : “Nous ne le ferons pas.” Et à Northwestern, le Docteur Ralph Kazer répond sans ambages : “‘Gattaca’ était un film merveilleux. Ce n’est pas ce que je veux faire pour gagner ma vie.”

Une des préoccupations les plus inquiétantes est ce que certains considèrent comme du sexisme implicite de sélection de sexe. Selon cet argument, lorsque vous choisissez un sexe, vous rejetez l’autre. En Asie, les filles ont été avortées ou tuées, et les populations faussées, en raison d’un favoritisme envers les garçons. La même chose pourrait-elle se produire ici ? Blauer de GIVF dit que la grande majorité des couples de MicroSort veulent des filles, pas des garçons, bien que cela puisse changer si les statistiques s’améliorent. À la clinique de Hill, environ 65 pour cent demandent des garçons ; chez Steinberg, 55%. “Cela ne va pas faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre”, prétend-il. Mais que faire si un couple n’obtient pas le garçon ou la fille qu’ils désirent ? Le DGP est aussi proche que possible de garantir le résultat, mais il reste la question épineuse de ce qu’il faut faire avec les embryons du “mauvais sexe”. Les opposants craignent qu’ils ne soient détruits simplement parce qu’ils sont masculins ou féminins, mais les options sont identiques pour tous ceux qui passent par une FIV.

Alors en fin de compte, que devrions-nous faire de la sélection de genre ? La programmation de l’ADN humain avant la naissance deviendra-t-elle inévitable? “J’ai appris il y a longtemps à ne jamais dire jamais”, raconte Rick Myers, chef du département génétique de Stanford. Pourtant, dit-il, les caractéristiques qui nous préoccupent tous, comme la hauteur, la personnalité et l’intelligence, ne sont pas le seul produit des gènes. Ils sont concoctés dans un ragoût complexe d’ADN et d’environnement — un ragoût qui intrigue les scientifiques, même ceux aux QI si élevés qu’on jurerait qu’ils ont été créés artificiellement. Et même si nous pouvions créer Uma Thurman, le voudrions-nous ? Sharla Miller et Mary Toedtman répondent absolument pas. “C’est trop loin”, dit Miller.

Nous ne serions pas humains si nous ne fantasmions pas sur l’univers de science-fiction qui pointe le bout de son nez. Steinberg, qui a travaillé dans la FIV depuis sa conception dans les années 1970, se souvient trouver des notes sur son pare-brise durant les premiers temps qui affirmaient que les bébés éprouvette n’avaient aucune âme. L’idée même de créer la vie en dehors de l’utérus “était impensable”, ajoute-t-il. Et pourtant, environ 1 million de bébés éprouvette plus tard, la pratique est devenue routinière. Il en sera de même de la sélection des genres, explique Robin Marantz Henig, auteur du nouveau livre “Le bébé de Pnadore”, une histoire de la FIV. “Plus ce sera pratiqué, rassure-t-elle, moins vous aurez de préoccupations.”

Lizette Frielingsdorf en est loin. Elle et son mari ont trois garçons — Jordan, 8 ans, Justin, 6 ans, et Jake, 5 ans — ainsi qu’une fille issue MicroSort, Jessica, qui vient d’avoir 2 ans. “Je l’appelle mon bébé à 15 000 $. Nous nous sommes sentis comme si nous avions gagné la loterie”, explique Frielingsdorf. “Probablement qu’une fois par semaine quelqu’un dira, “Vous avez votre fille. Comment avez-vous fait cela?” Et je dirai: “voici le numéro.” Je veux que les autres éprouvent la même joie que nous.” A n’en point douter, ce sera le cas pour beaucoup.

Genetic engineering will change everything forever:

To learn more, watch this prezi on human genetic enhancement by clicking here.

You can also read this article published on the Daily Mail’s website.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s